Accueil Nîmes Mas de Mingue | Tous les villages | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


03/01/2012

Mas-de-Mingue - Bienvenue à l'orthophoniste au pôle paramédical

 IMG_0279.jpg

Enfin, nous avons fêté l'arrivée de l'orthophoniste, tant attendue, Sabine Donaldson, une nouvelle étape pour le  pôle paramédical, route de Courbessac, au Mas de Mingue proche du rond point Mireille de la Crau. Pour son accueil, le comité de quartier a organisé un apéritif, où étaient présents, les écoles, des administrations, des personnes du quartier, des associations. Les discours de circonstance, ont été simples et accompagnés d'humour.

Sabine Donaldson, comme un cadeau pour les fêtes qui approchent, s'est vue qualifiée de "Mère Noël"! Madame Gallice, présidente du comité de quartier et M. Procida, conseiller général, présents, ont été très actifs pour la création de ce pôle. En effet, ils ont affirmé leur conviction  que commerces et services sont des instruments forts pour la régulation du quartier, la mise en lien des personnes, apporter un certain confort et une économie notable chez les plus matériellement démunis, en particulier pour des séquences fréquentes et courtes en orthophonie.  Il reste à obtenir un laboratoire et un cabinet de dentiste. Monsieur Procida reste réservé, mais exprime un certain optimisme car "l'arrivée de l'orthophoniste est une étape supplémentaire qui va dans le bon sens".

Sabine Donaldson est quelqu'un de très discret. Elle est toutefois un peu nostalgique de son pays natal, la Belgique, mais elle se dit charmée par le soleil et le ciel bleu de notre région. On peut donc espérer un long séjour parmi nous.

20/12/2011

Venue du maire au Mas-de-Mingue

 

IMG_5361.JPG

 Le 9 décembre à 8h30 le maire effectue une visite sur le quartier du Mas de Mingue avec une équipe très élargie, susceptible de répondre aux nombreuses questions et préoccupations concernant la population et les acteurs sociaux.

Venue du Maire au Mas de Mingue

Etaient présents : service de police, voirie, urbanisme, circulation, DIVACQ, service des sports, adjoint coordinateur, adjoint sécurité, la présidente des conseils de quartier, le directeur du collège. La dernière visite s'est déroulée il y a six ans. Un état des lieux semblait important à faire, accompagné d'un dialogue considéré par le comité de quartier comme indispensable à instaurer, face aux divers changements qui vont survenir et qui ont déjà commencé dans le quartier.

Il s'agit en particulier la construction de 400 logements, d'un collège annoncé pour 2015, d'un nouveau groupe scolaire pour remplacer à terme l'école Albert Camus. Il était aussi important d'obtenir des précisions qui ne pouvaient être apportées que par le maire accompagné des élus, monsieur Tibérino, monsieur Procida, madame Sans, monsieur Douai, monsieur Proust. En effet, tout changement entraîne une nouvelle adaptation et s'accompagne d'une période de crainte, de questionnements pour la population et les acteurs associatifs de quartier.

C'est aussi une occasion, sans dramatiser (ce serait injuste d'être trop négatif) de rappeler des situations qui mettent beaucoup de temps à se résoudre et qui peuvent renforcer un sentiment d'abandon. Pour résumer, il s'agirait d'espaces depuis longtemps en très mauvais état, en particulier certains lieux de passage, des trottoirs, un habitat dégradé dans son ensemble, un gymnase difficile à pratiquer...

Monsieur Sénit, directeur du collège, fait remarquer que dans ce lieu non insonorisé, les professeurs ont de grosses difficultés à faire leur travail. Le stade, à l'extérieur, nécessite une protection grillagée, précise l'animateur, « elle apporterait plus de facilité pour faire respecter les lieux par certains qui viennent faire de la moto ». Madame Gallice et monsieur Barre, responsables du comité de quartier, ont exprimé tous les aspects concernant les préoccupations que l'on pourrait résumer ainsi : comment dans les diverses initiatives concernant les futurs changements, on pourrait prendre en compte le lien social, afin que les nouvelles zones du quartier puissent venir en renforcement de la mixité sociale et du bien vivre ensemble.

Il faudrait éviter une frontière entre les quartiers d'en haut et celui d'en bas selon la remarque faite par Madame Gallice. Cette remarque est confortée par le président de l'association Carrefour Associatif, association en partenariat étroit avec collège et école. Dans le même sens le problème des dégradation concernant les feux rouges, les lumières éclairant certains espaces comme la place des Mimosas, a été abordé. Après les autorisations obtenues, des solutions ont été trouvées avec des systèmes de protection importants, qui vont être mis en place, selon les responsables interrogés.

Le maire affirme qu'il est attentif à toutes les préoccupations et qu'il sera fait au mieux. Il propose une réunion publique pour présenter le projet du Mas de Teste, dans le centre socioculturel Jean Paulhan. Il précise aussi qu'il n'est pas tout puissant, qu'il faudra travailler à la mixité, mais qu'il n'a pas le pouvoir de guider ceux qui achèteront ou qui loueront des logements ou des maisons.

Par contre il ajoute qu'un terrain sera aménagé où les habitants des diverses zones du quartier pourront se rencontrer. Et, une route qui ne passera pas au centre du Mas de Mingue rejoindra les zones du haut avec écoles et collège. Le directeur du collège fait remarquer que la tendance actuelle irait vers plus de mixité sociale. La rencontre s'est terminée assez tard dans la matinée, après la visite sur le terrain.

Venue du Maire

13/12/2011

Le soleil est porté disparu au Mas-de-Mingue

 

IMG_5286.JPG

Dans le cadre international de la fête du cinéma d'animation, la bibliothèque organise pendant les vacances de Toussaint, depuis plusieurs années, des ateliers pour enfants. Après six jours de travail, le vendredi après-midi est le temps du bilan. Il en ressort un travail d'équipe, de patience, dans une ambiance joyeuse, de respect des personnes et du matériel. On ne s'y trompe pas en voyant les expressions et attitudes des enfants. Beaucoup d'efforts pour créer un petit film d'animation :  « Pourtant on n'a pas de difficulté à réveiller les enfants le matin, contrairement au reste de l'année, ils sont prêts en quelques minutes ! » exprime une mère approuvée par d'autres, rencontrées dans le hall du centre Jean-Paulhan. 

Plaisir de créer, d'imaginer un scénario et des décors, de faire le montage, mais aussi prise de conscience des réalités. Que d'obstacles, que de patience pour arriver à un résultat satisfaisant. Myriam, douze ans : « On s'est régalé, c'est passionnant de découvrir les techniques d'animation ! »; « Mais on peut s'énerver en faisant bouger les personnages image par image » ajoute Ines, neuf ans.

Quant à Yles : « C'est de pouvoir choisir dans les différentes possibilités qui m'a beaucoup plu ! ».

« Le soleil a disparu », avec pour personnage principal un inspecteur qui part à sa recherche, car il s'agit d'un vol, sera le petit film réalisé par les enfants et donné avant Noël, en DVD à chacun d'eux.  Estelle Brun, intervenante de l'association « Anima » (sensibilisation aux nouveaux médias) et Eve Pical (Espace Public Numérique), responsables de ce groupe, programmeront une date au centre culturel où sera exposé le travail des enfants. On peut déjà apprendre à se servir du logiciel gratuit MonkeyJam qui peut être téléchargé légalement sur internet.

28/11/2011

Capouchiné - Défilé de mode au Tremplin

le tremplin,capouchiné

Effervescence au Chemin du Capouchiné. L'association Tremplin, prépare un défilé de mode le 8 décembre à 16H30, accompagné d'un apéritif. La préparation s'effectue au siège, chemin du Capouchiné. Les vêtements, après leur sélection et leur réhabilitation habituelle, seront choisis avec soin, et mis en valeur par le personnel du chantier d'insertion, sous la direction de Madame Calland Hélène et son équipe.

Cette équipe est composée de deux encadrants techniques et un conseiller en insertion professionnelle. Financées par l'Etat et le conseil général, 16 personnes sont employées en insertion professionnelle. Parmi les 16 personnes, 10 vont défiler. Elles présenteront de beaux vêtements." Mais, il ne s'agit pas que d'une mise en valeur d'objets, il s'agit aussi et surtout de créer une occasion pour certaines de se servir de cet évènement afin de se redonner confiance et, effectuer un entrainement pour savoir se présenter dans la recherche d'un emploi. Le Tremplin, comme son nom l'indique, n'est qu'une étape en direction de l'insertion.Travailler à cultiver l'estime de soi, peut être un cheminement difficile. Cette étape devient essentielle", précise Madame Calland.

"L'accueil y est excellent partout, à Capouchiné, à la rue de l'Aqueduc, comme au Chemin bas d'Avignon. Il est favorable aux rencontres amicales. Les petits prix fidélisent le grand-père que je suis. Parmi les grandes variétés de livres et de jouets, j'en trouve toujours qui sont adaptés à l'âge et aux intérêts de mes petits enfants".

Ce client résume bien la démarche commune aux personnes qui fréquentent le Tremplin. Toutefois, on peut observer beaucoup plus de dames que de messieurs qui s'attardent aux rayons vêtements, vaisselle et linges de maison. Une dame, qui a entendu la réflexion, ajoute avec humour en direction du grand-père "on ne sort jamais bredouille, la(ou les) trouvaille dans les mains, et un sentiment de repartir dynamisé par un accueil chaleureux".

Les habitués des points de vente, pourront inviter aussi leurs connaissances à encourager le personnel lors du défilé à la rue de l'Aqueduc. Ce lieu n'est pas le siège de l'association, mais les locaux dont c'est l'inauguration de la fin des travaux, sont plus vastes, en particulier pour l'apéritif où l'on pourra se faire d'autres amis.

Changement de propriétaire à la boulangerie du Mas de Mingue

boulangerie2.jpg

Au revoir et merci Marc et Sandrine !

« Au Fournil Sarabel » route de Courbessac, le 4 octobre 2011, les passants ont été heureusement surpris et pouvaient s'arrêter devant une grande table dressée pour un apéritif. Beaucoup se sont regroupés à partir de 18h pour fêter le départ de Marc et Sandrine Belguise et l'arrivée de leurs remplaçants, Patrice et Isabelle Schisler.

Si le quartier a parfois des difficultés qui lui donnent une mauvaise image, Sandrine affirme sans hésitation : « Les cinq ans que nous avons passés au Mas de Mingue se sont écoulés avec une telle rapidité qu'il nous sont apparu extrèmement courts ». Sandrine, en s'asseyant, car elle attend un bébé, dit tout haut : « Nous partons dans notre région d'origine, car nous disposerons de plus de temps pour notre famille, la boulangerie est ouverte de 6h à 13h et de 13h30 à 19h45 ». « Mais, ajoute-t-elle, on va regretter nos employés et la clientèle, car nous avons rencontré beaucoup de convivialité et de respect, y compris des jeunes! ».

boulangerie.jpg

Les nouveaux propriétaires poursuivent le dialogue en affirmant qu'ils continueront dans le même esprit et qu'ils garderont les mêmes employés. Patrice et Isabelle habitent Nîmes , ils viennent donc en toute connaissance de cause. Et, Patrice, qui pratique le métier de boulanger pâtissier depuis son apprentissage à 14 ans dit : « Avec mon épouse, on est heureux de prendre la suite! »

Les anciens, présents à cette fête, se sont exprimés avec émotions. Ils parlent de Marc et Sandrine « comme, des commerçants du bon vieux temps, où convivialité rimait avec écoute. Une chance pour notre quartier! » selon l'expression de l'un d'entre eux qui résumait bien les discours de chacun. Ils accordent toute leur confiance aux nouveaux patrons, et sont heureux que la continuité se fasse avec les employés qu'ils apprécient. Un grand merci à ceux qui partent et bienvenue aux nouveaux arrivants!